photo

Parce que même si nos amis les commerçants la dépoussièrent pour la mettre en vitrine dès la rentrée des classes, le mois de la galette reste quand même janvier.
Et d'ailleurs, vu le peu d'intérêt qu'a ce mois (hormis l'anniversaire de personnes chéries de moi et hormis les soldes, également chéris de moi), autant la laisser à sa place, ça permet d'oublier qu'on a jeté le sapin, vidé notre PEL pour gâter la famille et compté qu'il restait 180 jours au moins jusqu'à la plage...bref la galette permet de compenser et c'est tant mieux

Concernant le fourrage (au sens culinaire du terme s'entend), plusieurs écoles :
- les puristes qui ne jurent que par la frangipane (apparue seulement au 17ème siècle), celle bien amandée, bien beurrée, bien parfumée
- les rebelles légers qui préfèrent la déclinaison chausson aux pommes
- les rebelles plus rebelles qui donnent dans la fantaisie (crème de marron, chocolat, praliné, pruneaux, pistaches et autres framboises écrasées)
- les au régime qui la prennent nature

Pour ma part, si j'étais auto-proclamée allergique à la frangipane dans ma tendre jeunesse, je ne peux concevoir aujourd'hui une galette autre que frangipanée sous l'influence forte du namoureux.

photod

Voici donc ma galette home-made, copiée-collée de cette recette

- 2 ronds de pâte feuilletée
- 125 g d'amandes en poudre
- 50 g de beurre salé
- 100 g de sucre en poudre
- 2 oeufs entier
- 1 jaune d'oeuf pour dorer
- 10 g de Maïzena (1 cuillère à soupe rase)
- 10 cl de lait
- 1 cuillère de rhum
- 1 fève

Battre les 2 oeufs avec le sucre. Ajouter la Maïzena délayée dans le lait froid.

Cuire à feu doux jusqu’à ébullition en remuant. Laisser épaissir et retirer du feu.
Ajouter la poudre d’amandes, et le beurre coupé en morceaux.

Garnir un fond de pâte. Recouvrir avec l’autre rond, souder les bords. Dorer avec le jaune d’oeuf.

Faire cuire en bas du four 30/35 mn à 180°.

Les restes froid passent bien aussi...